Actualités

Logement d’abord - Emmanuelle Wargon en déplacement dans le Dunkerquois

 
 
Logement d’abord - Emmanuelle Wargon en déplacement dans le Dunkerquois

Ce jeudi 4 février 201, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la transition écologique, chargée du logement, s’est rendue dans le département du Nord afin de réaffirmer le soutien de la ministre à la politique publique du Logement d’abord.

Lancé en 2017 par le Président de la République, le plan pour le Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme fait de l’accès direct au logement une priorité pour la réinsertion des personnes sans domicile. La délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal) a coordonné l’élaboration et suit la mise en œuvre de ce plan à l’échelle nationale s’appuyant notamment sur 23 territoires de mise en œuvre accélérée, dont fait partie la communauté urbaine de Dunkerque.

Les Hauts-de-France et le département du Nord sont particulièrement impliqués dans cette politique d’accès rapide au logement avec un accompagnement adapté, rendue possible grâce à une action coordonnée de l’État, des collectivités territoriales et de leurs partenaires.

L’intermédiation locative mise à l’honneur

C’est dans le cadre du Plan Logement d’abord qu’Emmanuelle Wargon s’est rendue à la communauté urbaine de Dunkerque en présence d’Hervé Tourmente, sous-préfet, et de Nicolas Pauliac, inspecteur des affaires sociales, assurant l’intérim du préfet délégué à l’égalité des chances.

Elle y a notamment rencontré les acteurs de l’intermédiation locative dans le Dunkerquois dont fait partie Marie-Agnès Capron, directrice générale de l’opérateur Soliha Flandres.

Aux côtés des élus locaux dont Patrice Vergriete, maire de Dunkerque et président de la Communauté urbaine de Dunkerque, de Paul Christophe, député du Nord et de Jean-Pierre Decool, sénateur, ils ont notamment sur le déploiement réussi de l’intermédiation locative.

Ce dispositif permet :

- pour les publics en situation précaire d’accéder à un logement ;

- pour les propriétaires privés de louer leurs biens immobiliers par l’intermédiaire d’un tiers social (opérateur, organisme agréé ou association).

Les locataires peuvent ainsi obtenir un loyer à un prix plus bas que sur le marché et les propriétaires bénéficient de la relation simplifiée et sécurisée entre le locataire et le bailleur grâce à l’intervention du tiers social. La faiblesse du loyer est compensée par un avantage fiscal pouvant atteindre 80 % d’abattement.

« C’est une très bonne manière d’accroître le nombre de logements loués » a précisé la ministre.

28 000 logements existent sur le territoire en intermédiation locative, le Gouvernement souhaite atteindre au moins 40 000 logements en 2022.

Dans le cadre du plan logement d’abord, la préfecture de région a pour objectif d’accroître le nombre de nouveaux logements loués en intermédiation locative. Du 1er janvier au 30 novembre 2020, 1330 nouveaux logements ont été identifiés en Hauts-de-France, dont 515 dans le département du Nord. La région dépasse ainsi l’objectif national qui lui a été fixé.

Ce constat très encourageant résulte du plan d’action mis en place par la direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale qui a mis sur pied un appel à projet régional permettant d’identifier de nouveaux logements et des associations volontaires sur la période 2020-2022.

Emmanuelle Wargon s’est ensuite rendue chez des bénéficiaires du dispositif dans le Dunkerquois, une famille avec cinq enfants qui résidait auparavant dans un foyer d’hébergement à Valenciennes.

Heureux d’avoir pu se stabiliser et s’installer grâce à ce dispositif, le père de famille a ainsi eu l’occasion d’échanger avec la ministre et de remercier les personnes en charge de ce dispositif, notamment Soliha, grâce à qui il dispose aujourd’hui d’un logement digne.

« C’est un beau projet qui se réalise, l’objectif est maintenant de trouver un travail fixe » a déclaré le père de famille.

Un appel à manifestation d’intérêt pour accélérer la mise en œuvre du plan logement d’abord

Le déplacement de la ministre s’est achevé par un échange en sous-préfecture de Dunkerque sur la présentation du projet de la communauté urbaine de Dunkerque sélectionnée dans l’appel à manifestation d’intérêt « territoire de mise en œuvre accélérée du Logement d’abord ». Il s’intègre dans le plan quinquennal de lutte contre le sans-abrisme ayant pour objectif de réduire le nombre de personnes sans domicile et de leur proposer un logement sur le long terme d’ici 2022.

Depuis la fin des années 1990, la CUD s’est particulièrement investie en faveur des publics les plus défavorisés, ainsi que dans l’édification de l’unique centre d’hébergement d’urgence des personnes sans domicile fixe de la communauté urbaine. Elle participe aux financements de plusieurs dispositifs tels que le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) qui centralise les offres et les demandes d'hébergement adapté aux besoins des personnes, et assurer un suivi des parcours.

La ministre a rappelé les cinq axes d’action pour le Logement d’abord pour lesquels elle est particulièrement impliquée :

- mobiliser l’ensemble des acteurs  ;

- produire et mobiliser des logements abordables et adaptés ;

- repérer et aller vers les personnes les plus démunies ;

- accompagner dans l’accès ou dans le maintien au logement ;

- développer les interconnexions logement-santé-insertion sociale et professionnelle.

Ainsi, par ce déplacement dans le Nord, la ministre a souhaité saluer et encourager les actions de l’État, de la ville de Dunkerque et de la Communauté urbaine de Dunkerque pour favoriser l’accès au logement et pour leur lutte contre l’habitat indigne.

Pour en savoir plus :https://www.gouvernement.fr/logement-d-abord