Actualités

Cérémonies - Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc

 
 
Journée à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc

À l’occasion de la journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, une cérémonie s’est déroulée à Lille ce vendredi 19 mars 2021.

Ce vendredi 19 mars 2021, Anne Cornet, préfète déléguée pour la défense et la sécurité, a présidé, ce matin, la cérémonie du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, en présence des autorités civiles et militaires et des représentants des associations d’anciens combattants et patriotiques devant le Monument aux morts de la place Rihour à Lille.

La cérémonie a débuté par la lecture du message du comité national de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie (FNACA) par Jean-Luc Lemant, président départemental de la FNACA et vice-président du service départemental de l’Office national des anciens combattants et des victimes de Guerre (ONACVG).

La préfète déléguée pour la défense et la sécurité a ensuite procédé à la lecture du message de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée, auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants :

« Nous nous souvenons, aujourd’hui, qu’il y a cinquante-neuf ans, à midi, le cessez-le-feu était proclamé sur l’ensemble du territoire algérien en application des accords d’Évian, signés quelques heures plus tôt ».

« Pour des milliers de soldats, c’était la promesse d’un retour dans leurs foyers. Ils étaient des appelés et rappelés du contingent, des militaires de carrière, des forces de l’ordre de Métropole et d’Afrique du Nord. Ils venaient de toutes les strates de la société. Près de 30 000 d’entre eux avaient été tués, près de 70 000 blessés. »

« C’est pour cela que le président de la République souhaite que nous portions un regard de vérité sur notre histoire commune avec une volonté de rapprochement et de respect de chaque mémoire. A l’instar de cette journée nationale, la France reconnaît toutes les mémoires, n’en occulte aucune et travaille à construire une mémoire apaisée. »

Après le dépôt de gerbes et la minute de silence, la cérémonie s’est achevée sur le chant de la Marseillaise.

> Message de Geneviève Darrieussecq - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb