Actualités

Déplacement de Brigitte Klinkert, ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, chargée de l’Insertion dans le Nord

 
 
Déplacement de Brigitte Klinkert dans le Nord

Brigitte Klinkert, ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, chargée de l’Insertion s’est rendue ce jeudi 28 janvier 2021 dans le Nord afin de rencontrer les acteurs de l’insertion ainsi que les personnes en parcours d’insertion.

Pour soutenir les acteurs de l’insertion et renforcer l’accompagnement destiné aux Français les plus éloignés de l’emploi, le Gouvernement a engagé, en 2020, un soutien inédit à destination des entreprises sociales inclusives ainsi que pour l’emploi et la formation des jeunes.

Dans le cadre du plan de Relance de l’Insertion, plus d’un million de jeunes de moins de 26 ans ont été recrutés en CDI ou en CDD de plus de 3 mois entre août et novembre 2020, soit un niveau quasi-équivalent à celui de 2019, et 450 000 jeunes en contrat d’apprentissage. Grâce à ce plan pour l’inclusion de 320 millions d’euros, les 5000 structures bénéficiaires ont pu surmonter les effets de la crise, se développer et engager leur transformation. Ces structures emploient aujourd’hui plus de 180 000 personnes en insertion et en situation de handicap dans le pays. La ministre déléguée à l’Insertion a pour objectif de créer 60 000 emplois supplémentaires dans le pays en 2021, dont près de 20 000 sont déjà engagés.

Arrondissement de l’Avesnois

Dans ce cadre, la ministre s’est d’abord rendue à Le Favril dans l’Avesnois afin de participer à une table ronde en présence de Corinne Simon, sous-préfète de l’arrondissement d’Avesnes, de Nathalie Monier, maire de la commune, d’Anne-Laure Cattelot, députée du Nord et de Philippe Lamblin, délégué aux emplois en Hauts-de-France. Ils ont échangé, notamment, sur les parcours emplois compétences. La maire de la ville a ainsi rappelé que les emplois aidés participent au développement de la commune. Elle embauche, notamment, des jeunes en contrat d’apprentissage et en service civique. 1 000 contrats d’apprentissage seront développés sur le territoire, que l’État et la Région Hauts-de-France financent pour plus de la moitié.

Dans le cadre de la stratégie de lutte contre la Pauvreté et afin de renforcer son action en faveur de l’insertion des bénéficiaires du RSARevenu de solidarité active , le Département du Nord a ouvert plusieurs Maisons départementales de l’insertion et de l’emploi (MDIE), dès 2018, cofinancées par l’État au titre de la contractualisation sur le plan de lutte contre la pauvreté. Le Département du Nord a ainsi été la première collectivité à contractualiser avec l’État afin de rompre avec les inégalités sociales, faire de la prévention une priorité pour les jeunes Nordistes et favoriser le retour à l’emploi des allocataires du RSARevenu de solidarité active .

L’objectif de cette visite était de faire un point sur l’avancée du service public de l’Insertion et de l’Emploi (SPIE) visant à renforcer l’efficacité des parcours d’insertion. Le département du Nord s’est également engagé, au niveau national, à contribuer à l’émergence du SPIE et fait partie des 14 premières expérimentations initiées lors de la concertation nationale.

Madame Klinkert n’a pas manqué de rappeler également l’existence du Pacte pour la réussite de la Sambre-Avesnois-Thiérache (Pacte SAT) signé il y a deux ans et dont l’objectif est de proposer des perspectives d’emplois sur le territoire, en développant notamment la mobilité.

La ministre s’est ensuite rendue à la cantine scolaire Egalim en cours de travaux et qui sera fréquentée par quarante enfants. Elle a participé à la présentation des équipes et de la structure puis a échangé avec des apprentis et des personnes en Parcours Emploi Compétences (PEC) afin que les dispositifs de soutien soient les plus proches des besoins locaux.

La visite s’est poursuivie à « La chambre d’eau » à Le Favril où Brigitte Klinkert est allée à la rencontre des équipes de l’association. Cette association culturelle soutenue par le conseil régional, soutient plus de 25 artistes, emploie 2 services civiques et lutte au quotidien contre l’illettrisme et l’illectronisme.

Arrondissement de Cambrai

La ministre s’est ensuite rendue dans le Cambrésis, accompagnée par Raymond Yeddou, sous-préfet de Cambrai, pour visiter la structure d’insertion « Action » d’Avesnes-lez-Aubert. « Action » est une association en charge de l’insertion, de la formation, des services à la population et des remises à niveau, en partenariat avec la mairie de la commune. Alexandre Basquin, le maire de la commune, était également présent, ainsi que la direction régionale des Entreprises, de la Concurrence de la Consommation, du Travail et de l’Emploi, et Pôle emploi.

Le taux de chômage à Avesnes-Les-Aubert est de 20 %. L’objectif de cette structure est de développer l’insertion par l’activité économique. La structure a bénéficié d’un accompagnement de 60 000 euros dans le cadre de l’axe 1 du plan de Relance (pour faire face à la crise) et de 40 000 euros pour l’axe 2 (pour le développement de la structure).

La ministre a échangé avec les équipes présentes pour cerner au mieux les problématiques liées à l’insertion et au besoin des personnes en parcours d’insertion. Elle a visité les locaux de l’association qui a embauché deux salariés, anciens bénéficiaires du RSARevenu de solidarité active . 116 communes sont regroupées dans le cadre d’Action. La ministre a rappelé que 320 millions d’euros sont mis en place dans le cadre du plan de relance pour l’insertion.

Arrondissement de Lille

Enfin, Brigitte Klinkert est venue à Lille pour participer, dans les locaux du Conseil départemental, à une séquence de présentation des dispositifs d’insertion mis en place par les différents acteurs de l’insertion. Le Département a ainsi présenté sa politique en matière d’insertion et de retour à l’emploi des allocataires du RSARevenu de solidarité active , ainsi que les partenariats menés avec Pôle emploi, pour accompagner au mieux les Français éloignés de l’emploi. L’occasion pour la ministre d’échanger sur les moyens d’optimiser ces différents dispositifs de soutien pour les acteurs de l’insertion.