Politique de la ville

Retour sur la journée régionale de la médiation sociale du 4 décembre 2019 à Liévin

 
 
Retour sur la journée régionale de la médiation sociale du 4 décembre 2019 à Liévin

Cette rencontre, co-organisée par France Médiation et ses adhérents du territoire, avec le soutien de l’ANCT, de la DRJSCSdirection régionale de la jeunesse des sports et de la cohésion sociale, de la Région, de l'IREV et du Mouvement Associatif Hauts-de-France, s’inscrit dans une série d’évènements prévus sur tout le territoire, dont une restitution nationale aura lieu courant 2020 lors d’un temps fort à Paris.

Intitulée « La parole aux professionnels », cette rencontre a offert aux médiateurs sociaux aux collectivités et aux associations de médiation sociale un temps d'échanges, de débats et de co-construction. L'occasion a ainsi été donnée aux acteurs de terrain de mettre en lumière la médiation sociale.

La médiation sociale: réparer le lien social.

Cette méthode est un processus de création et de réparation du lien social, dans lequel un tiers impartial tente, à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions, de les aider, de répondre à une problématique. Autrement dit, la médiation sociale a pour vocation de faciliter les relations sociales du quotidien. Les médiateurs sociaux écoutent, dialoguent, préviennent des situations conflictuelles, accompagnent des projets...

Une journée pour échanger sur les bonnes pratiques.

Après un rappel des priorités de l’État et différentes présentations des pratiques et innovations relatives à la médiation sociale, la matinée a été l’occasion pour plusieurs médiateurs de prendre la parole pour évoquer leurs parcours et leur quotidien, à et avec leurs partenaires. L’après-midi était dédiée à des tables rondes leur permettant d’apporter leur regard et leur expertise, d’évoquer la formation, le travail en réseau ou encore la sortie positive des dispositifs de financement.

Une majorité des participants était des bénéficiaires du dispositif adulte-relais. Pour le Nord, près de 400 de ces conventions viennent accompagner le quotidien des habitants des quartiers prioritaires. Leur action se déploie principalement dans cinq grands domaines : l’accès aux droits et aux services, le milieu scolaire et la jeunesse, l’espace public et l’habitat collectif, les transports en commun, la participation des habitants. Présents sur le terrain, les adultes-relais vont au-devant des bénéficiaires et tentent de faire émerger des solutions par les parties elles-mêmes.

Le dispositif adulte-relais.

Pour mémoire, le dispositif adulte-relais permet à l'État de subventionner une mission de médiation, afin de répondre aux besoins des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Dans les conditions prévues par la loi, il donne lieu à la conclusion d'une convention entre l’état et une structure porteuse (association, collectivité...) en vue de l'attribution du financement d'un poste de médiateur. Les contrats créés grâce au dispositif sont exclusivement réservés à des personnes d’au moins 30 ans, sans emploi et résidant en quartier prioritaire. Les conventions adultes-relais doivent faciliter le parcours professionnel des médiateurs. Dispositif d’insertion, cela suppose l’engagement et l’adhésion de la structure, qui s’engage à faciliter l’accès des médiateurs à des actions d’orientation et de formation professionnelle.