Archives

02/10/2013 - Organisation d'un exercice de sécurité civile au stade Pierre Mauroy

 
 
logo grand stade

La préfecture du Nord, en collaboration avec les services de l’Etat, le Stade Pierre Mauroy, le Losc, ainsi que les villes de Villeneuve d’Ascq et Lezennes, organise, le mercredi 2 octobre, un exercice de sécurité civile.

Le scénario retenu consiste à simuler un mouvement de foule dans le stade à l’occasion d’un match de football se déroulant un samedi en fin d’après-midi en présence de 35000 personnes.

L’objectif de l’exercice est de tester la capacité des pouvoirs publics, de l’exploitant du stade et de l’organisateur d’une rencontre sportive à gérer un événement majeur de sécurité civile.

Depuis son ouverture en août 2012, plusieurs dizaines de rencontres sportives se sont déroulées dans le Stade Pierre Mauroy ainsi que deux spectacles. Les services en charge de la sécurité du stade ont fait le constat que cet équipement et son organisation répondaient aux cahiers des charges en matière de sécurité fixés par les pouvoirs publics au moment de sa conception.

Cependant, si la sécurité est assurée au quotidien grâce à l’engagement conjugué des services opérationnels et des autorités, il est nécessaire d’anticiper l’occurrence d’un événement majeur de sécurité civile au sein du stade, en simulant un incident de la manière la plus réaliste que possible.

L’exercice conduira à la mise en oeuvre des dispositions prévues dans le plan d’urgence du stade permettant au site d’assurer la sécurité des spectateurs et de l’installation. L’ampleur des incidents entraînera le déclenchement par le préfet du Nord du plan particulier d’intervention (PPI) dans le cadre du dispositif Orsec. L’exercice permettra de tester tous les aspects de ce plan et, le cas échéant, de le compléter ou de le réviser.

Au total, il mobilisera 300 participants environ appartenant à une vingtaine de services différents dont les services de police, de secours à personne et de santé, gestionnaires du trafic, les personnels d’Elisa (gestionnaire du stade), du Losc ainsi que leurs partenaires et sous-traitants.

Les élus locaux sont étroitement associés à l’organisation de l’exercice dont la vocation est aussi d’améliorer l’information des populations. En effet, si la direction des opérations de secours est exercée par le préfet de département, cette responsabilité n’est pas exclusive de celle des maires, dont le concours est nécessaire à la prise en charge des personnes impliquées et à la bonne gestion des abords du stade notamment. A cette occasion, les communes de Villeneuve d’Ascq et de Lezennes activeront leur plan communal de sauvegarde (PCS) et armeront des postes de commandement communaux.

L’exercice se déroulera exclusivement dans le stade ou sur son parvis. Son déroulement n’aura aucun impact sur la population environnante. Les abords du stade dans les communes de Lezennes et Villeneuve d’Ascq ne feront pas l’objet de restriction de circulation routière.

PLANIFICATION ET EXERCICES DE SECURITE CIVILE

La loi du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile est venue modifier en profondeur certaines parties de l'organisation des secours en France, à commencer par la planification. Elle a également inscrit la nécessité de faire de la protection civile la préoccupation de chacun en favorisant la diffusion d’une véritable culture en la matière.

L’organisation des secours, la prise en charge des populations, la sauvegarde des personnes, des biens et de l’environnement nécessitent une préparation en amont pour apporter la réponse opérationnelle la plus efficace possible en situation d’urgence (accident, catastrophes, sinistres…).

Cette préparation à la gestion des crises prend trois formes différentes : la planification de l’organisation de la réponse de sécurité civile (Orsec), les exercices et les retours d’expériences.

L'organisation de la réponse de sécurité civile

La planification de l’organisation de la réponse de sécurité civile (Orsec) a pour objet de secourir les personnes, de protéger les biens et l’environnement en situation d’urgence.

Le plan particulier d’intervention (PPIPlan particulier d'intervention )
Au sein du dispositif Orsec, les plans particuliers d’intervention sont des dispositions spécifiques adoptées par les préfets de département pour faire face aux conséquences sur la population d’un accident survenant sur des sites présentant un risque technologique : grands équipements accueillant du public, usines chimiques Seveso 2 seuil haut, centrales nucléaires…

Le plan communal de sauvegarde
Obligatoire pour certaines communes, fortement recommandé pour toutes les autres, le plan communal de sauvegarde (PCS) est le dispositif mis en place par le maire pour prendre en charge les populations en cas d’accident sur sa commune en matière d’alerte, d’évacuation, d’accueil, de réconfort ou encore d’hébergement. Il organise la solidarité entre les habitants de la commune en complément des moyens déployés par les sapeurs-pompiers, le Samu, les gendarmes, la police et l’ensemble des acteurs mobilisés pour faire face à la situation d’urgence.

Les exercices et les retours d'expérience
La loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile met l’accent sur la nécessité d’améliorer la planification Orsec en procédant à des exercices et des retours d’expérience (Retex) : les exercices permettent aux acteurs de la gestion de crise (sapeurs-pompiers, Samu, gendarmes, policiers...) d’apprendre à mieux se connaître et d’acquérir les bons réflexes ; les retour d’expérience permettent de tirer les enseignements d’accidents réels ou simulés dans le cadre des exercices.

LE PREFET, GARANT DE LA SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS

Depuis plus de deux siècles, le préfet est garant dans les territoires de l’unité nationale. Pilote et coordinateur des forces de sécurité (police, gendarmerie, sécurité civile) au quotidien et particulièrement en cas de crise, il assure sur l’ensemble du territoire la représentation du gouvernement et le respect de la loi républicaine.

La question de la sécurité recouvre la protection des personnes et des biens, que ce soit sous l’angle de la sécurité publique, de la sécurité routière, de la sécurité et de la défense civiles ou encore de la sécurité industrielle et alimentaire.

Compte-tenu de ses principales caractéristiques naturelles, économiques et démographiques, le département du Nord est potentiellement exposé à de multiples risques.

La garantie de la sécurité (maintien de l'ordre, protection des populations et des biens, des réseaux de communication et de transport, sécurité routière, prévention et traitement des risques naturels ou technologiques) est une des principales missions du préfet de département.

Dans le domaine de la sécurité civile, il établit des plans de protection des populations contre les catastrophes naturelles, les risques technologiques et sanitaires. Il dirige les opérations de secours et assure la coordination de l’intervention de l'ensemble des services et acteurs impliqués en cas évènement majeur ou en période de crise.

Le service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de protection civiles (SiracedPC) de la préfecture du Nord assure la prévention des risques courants menaçant les personnes et les biens (risques naturels et manifestations de grande ampleur), la gestion des établissements recevant du public, la planification en matière de sécurité et de défense civiles, l'information et la sensibilisation à la culture du risque et la coordination de la réponse lorsque survient une crise. Il est composé d’une vingtaine d’agents.