Sécurité

Sécurité - Un séminaire sur la prévention du suicide dans la police nationale

 
 
Sécurité - Un séminaire sur la prévention du suicide dans la police nationale

Ce lundi 1er juillet 2019, s’est déroulé, à la direction départementale de la sécurité publique 59 (DDSP), un séminaire pour la prévention du suicide dans la police nationale. Ce séminaire s’inscrit dans le cadre du plan de lutte contre les suicides, lancé en 2018, et est réaffirmé comme prioritaire par le ministre de l’Intérieur en avril 2019.

Jean-Christophe Bouvier, préfet délégué pour la défense et la sécurité de la zone Nord, a introduit le sujet en évoquant le nombre important de suicides cette année dans les rangs de la police nationale. Il a ensuite rappelé que « le métier de policier est un métier difficile, exposé aux dangers, à la violence, à l’irrespect et au dénigrement ».

Il a enfin présenté les principales mesures mises en œuvre ces dernières années par le ministère de l’Intérieur, la dernière étant le programme de mobilisation contre le suicide (PMS) .

La première séquence traitait de la compréhension et de la prise en charge du passage à l’acte. Le professeur Terra, psychiatre et professeur de psychiatrie à l’université Claude-Bernard de Lyon, a parfaitement expliqué comment le suicide est une prise de contrôle sur la souffrance.

La prévention de la récidive, grâce au dispositif de soin VigilanS et de la contagion via le programme Papageno , a été présentée par le docteur Debien, psychiatre au CHRU de Lille. Nathalie Bascop, psychologue coordinateur zonal au secrétariat général pour l’administration du ministère de l’Intérieur du Nord, a expliqué l’accompagnement psychologique et les mesures de postvention mises en place pour gérer les situations traumatiques professionnelles et personnelles. Le docteur Deboissy, médecin inspecteur régional, a décrit la symbolique de l’arme et les enjeux de l’aptitude médico-psychologique du port d’arme.

L’après-midi, ont été abordées la prévention des situations de fragilité et les actions possibles sur le collectif de travail en termes de management et de cohésion : la détection précoce et le rôle du médecin de prévention, et le regard social sur le risque suicidaire par les conseillères techniques régionales de service social.

Enfin, Gilles Soulé, de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale (DCRFPN), a insisté sur la nécessité du dialogue et d’un management bienveillant. Olivier Dimpre, directeur départemental de la sécurité publique de l’Oise, a développé les moyens de faire vivre la cohésion par le sport.

Noémie Angel, sous-directrice SDPAS a tout au long de la journée exposé les trois axes du programme de mobilisation contre le suicide.

  • Mieux répondre à l’urgence ;
  • Prévenir les situations de fragilité ;
  • Agir sur le collectif au travail.

Ce moment important d’information, à destination des 170 commissaires et officiers de police, personnels médicaux, directeurs zonaux et syndicats, était organisé par :

  • la sous-direction de la prévention, de l’accompagnement et du soutien (SDPAS) au sein de la direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN),
  • le service de soutien psychologique opérationnel (SSPO),
  • la DDSP 59,
  • le secrétariat général pour l’administration du ministère de l’Intérieur du Nord (SGAMI-Nord).

Il a été décliné dans les sept SGAMI de France à la suite d’un séminaire qui s’est tenu à Paris le 8 février 2019.