Culture

27/09/2013 - Picasso, Léger, Masson: Daniel-Henri Kahnweiler et ses peintres

 
 
Picasso
Le musée du LaM à Villeneuve d'Ascq accueille du 27 septembre 2013 au 12 janvier 2014 la deuxième exposition du Nord-Pas-de-Calais reconnue d’intérêt national en 2013.

Une exposition d'intérêt national

« Picasso, Léger, Masson. Daniel-Henri Kahnweiler et ses peintres » a reçu le label d’intérêt national. Attribué par le Ministère de la Culture et de la Communication, ce label récompense chaque année les musées de France qui mettent en œuvre un projet d'exposition remarquable par sa qualité scientifique, ses efforts en matière de médiation culturelle et son ouverture à un large public. Cette exposition bénéficie à ce titre d'un soutient financier exceptionnelle du Ministère de la Culture et de la Communication.

 Un hommage au marchand historique des cubistes.

Cette exposition retrace l'histoire de la galerie Louise Leiris liée à l'histoire de la collection du musée. Daniel-Henry Kahnweiler s'installe à Paris en 1907 et ouvre la galerie Kahnweiler. Pablo Picasso, George Braque, Juan Gris, Henri Laurens, Fernand Léger, André Masson s'y rencontrent et assurent le succès d'une galerie fidèle à ses artistes. Kahnweiler prend parti presque exclusivement pour le cubisme naissant et devient le promoteur de ces peintres. En 1914, il est contraint à l'exil et dépossédé de ses biens. De retour à Paris en 1920, il ouvre un nouvel établissement du nom de son associé : la galerie Simon. Naturalisé en 1937, il est déchu de la nationalité française après l'invasion allemande. En 1941, il cède sa galerie à Louise Leiris, sa belle-soeur et collaboratrice, suite à un décret imposant « l'aryanisation des biens juifs ». Il meurt en 1979.

Un parcours muséographique réparti en 7 salles

L’exposition est présentée dans 7 salles consacrées respectivement à la galerie Kahnweiler, à la galerie Simon, à l’atelier d’André Masson et enfin à la galerie Louise Leiris. Les dernières salles sont consacrées à Michel Leiris, beau-frère de Kahnweiler, pour permettre d’aborder plusieurs questions emblématiques de la production intellectuelle et artistique de l’époque : l’écriture, l’autobiographie et le primitivisme.

Une exposition proposée à l’occasion de la trentième année d’existence du LaM.

Pour célébrer sa trentième année, le LaM propose un parcours insolite au sein du bâtiment de Roland Simounet retraçant l’histoire du marchand d’art Daniel-Henry Kahnweiler grâce au dialogue établi entre les œuvres de sa collection et celles acquises par Roger Dutilleul et Jean Masurel. L’accrochage des collections contemporaines des Figures des visages mettra en lumière les derniers artistes collectionnés après guerre par Jean Masurel : Bernard Buffet, Eugène Dodeigne, Eugène Leroy, Jean Roulland, et Arthur Van Hecke.