Actualités

Bilan des élections municipales 2020

 
 
Bilan des élections municipales 2020

En cette période marquée par l’épidémie de Covid-19, Michel Lalande, préfet du Nord, tient à remercier l’ensemble des fonctionnaires et équipes municipales qui ont permis le bon déroulement du second tour des élections municipales de ce dimanche 28 juin 2020. 92 communes, auxquelles s’ajoutent 3 communes associées, ont pu ainsi élire leurs équipes communales, dans les meilleures conditions. Grâce à la mobilisation de tous les agents concernés, l’expression démocratique a ainsi, malgré les circonstances, été garantie.

Le vote par procuration

28 408 demandes de procuration ont été enregistrées par les forces de l’ordre dans le département (pour mémoire, 22 353 procurations avaient été établies en 2008 et 28 095 en 2014). Pour la ville de Lille et les communes alentours, 7 912procurations ont été établies, dont 4035 entre le premier et second tour.

Pour autant, le taux de participation pour ce second tour a été historiquement bas : 31,85 % contre 53,4 % en 2014.

648 maires pour 648 communes

Force est de constater que la fonction de maire ne connaît pas de crise de vocation. En effet, pour ces élections municipales, 28 452 candidats ont déposé leur candidature dans le département contre 28 294 en 2014.

Parmi les 11 902 conseillers municipaux sortants, 7 355 (61,8 %) étaient à nouveau candidats et ont pris la décision de renouveler leur engagement municipal.

La parité en progression

Dans les communes de moins de 1.000 habitants, les femmes ne représentent que 39 % des 5 008 candidatures enregistrées. Cependant, ce chiffre est supérieur de 5 points par rapport à 2014.

Dans les communes de plus de 1.000 habitants, 19,5 % des têtes de liste étaient des femmes, chiffre en progression comparativement à 2014, où elles étaient 15,4%.

Au total, sur 12 384 élus, 5645 sont des femmes soit un total de 45,6 %. La parité n’est pas très loin.

Nouveaux élus du Nord, qui êtes-vous ?

Ces élections mettent enfin en lumière deux orientations principales :

- une diversité d’âge : le plus jeune candidat a atteint la majorité la semaine précédant le 1er tour, le plus âgé a 96 ans. 9% des candidats sont âgés de 18 à 30 ans, 64% de 30 à 60 ans et 27% plus de 60 ans.(en 2014, 64 % des maires avaient entre 60 et 80 ans) ;

- un taux de renouvellement important : 6043 élus sont des sortants (soit 48,8%), ce qui signifie que 51,2% (6341) des élus n’étaient pas conseillers durant la précédente mandature.

Michel Lalande tient à adresser ses plus sincères félicitations à ses nouveaux élus de la République qui sont les premiers acteurs de la vie locale, les premiers artisans de l’action publique et les interlocuteurs privilégiés des services de l’État au nom duquel ils exercent de nombreuses missions, par exemple, l’état civil.