Archives 2014

19 juin 2014 : recommandations pour les personnes potentiellement exposées à la bilharziose après une baignade dans la rivière Cavu (Corse du sud)

 
 

Un numéro vert d’information a été mis en place par le ministère des Affaires sociales et de la Santé : 0 800 130 000 du lundi au vendredi de 9h à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe)

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande de pratiquer un diagnostic chez toutes les personnes exposées, c'est-à-dire ayant eu un contact cutané même bref avec de l’eau (baignade, trempage d’un membre, etc.) de la rivière Cavu en Corse du Sud (proche de Porto-Vecchio) entre 2011 et 2013 sur une période allant de juin à septembre.

Qu’est-ce que la bilharziose ?

La bilharziose (ou schistosomose) est une affection parasitaire due à un ver plat appelé schistosome. Les schistosomes sont des parasites qui vivent et se développent dans les eaux douces et stagnantes ou avec peu de courant (rivières, lacs, étangs, etc.). Plusieurs espèces sont pathogènes pour l’homme (Sch Haematobium, Sch mansoni et sch japonicum).

Plusieurs cas de bilharziose uro-génitale ont été signalés fin avril 2014 chez des personnes qui s’étaient baignées dans la rivière Cavu, en Corse du sud, entre 2011 et 2013.

Quels sont les signes de la maladie ?

La bilharziose peut prendre plusieurs formes selon l’espèce du parasite qui en est à l’origine. Les symptômes de S. haematobium sont, durant la phase d’invasion (migration des vers), des manifestations allergiques (fièvre, urticaire, toux) et pendant la phase d’état, la formation de granulomes générant des lésions chroniques, sources de signes urinaires et génitaux. L’infection peut passer inaperçue et une guérison spontanée est parfois possible.

Des complications plus ou moins graves peuvent survenir par la suite (en l’absence de traitement) au niveau de l’appareil urinaire : fibrose de la vessie, rétrécissement des voies urinaires, surinfection, calculs, insuffisance rénale et parfois, à un stade plus avancé, cancer de la vessie. Le système génital peut être aussi atteint (infertilité, stérilité).

La bilharziose est-elle dangereuse ?

La bilharziose se traite bien. En revanche, non traitée, elle peut entraîner, à long terme, des complications graves.

En savoir plus sur la bilharziose et pour répondre à toutes les questions que vous vous posez :

> la foire aux questions - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

Site de l’Agence Régionale de Santé Corse

Site du ministère de la Santé

Site du Haut conseil de la santé publique