Actualités

Sécurité publique - Le préfet à la rencontre des forces de l’ordre

 
Sécurité publique - Le préfet à la rencontre des forces de l’ordre

Michel Lalande, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais Picardie, préfet du Nord, a tenu à se rendre immédiatement après sa prise de fonction dans le département, le mercredi 4 mai 2016, auprès des policiers et des gendarmes, « afin de saluer leur sens du devoir et leur engagement et de rendre hommage à toutes celles et ceux qui consacrent leur vie à assurer la tranquillité et la paix publiques ».

Il a ainsi patrouillé dans la nuit de mercredi à jeudi avec des gendarmes des PSIG de Baisieux et de Douai et des policiers de la BAC dans l’agglomération lilloise. Il s’est rendu, le vendredi 6 mai 2016, au siège de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord, la plus importante de France, ainsi qu’au siège de la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lille.

Les missions de la DDSP

La DDSPdirection départementale de la sécurité publique est organisée en 7 circonscriptions de sécurité publique, 16 divisions et commissariats subdivisionnaires sur 79 points d’accueil pour le public. Son ressort s’étend sur 176 communes, représentant 2 millions d'habitants, soit plus de 75 % de la population du département.
 
Présents H24 sur le terrain, les 4 800 policiers du département assurent la protection et celle des biens, l'assistance à la population, la tranquillité et le maintien de l’ordre, l'information générale du préfet et du gouvernement. Chaque jour, les policiers traitent 1 750 appels 17 et effectuent plus de 600 interventions.
 
La DDSP met également en œuvre des actions de prévention et un partenariat pour prévenir la délinquance en coproduction avec les partenaires institutionnels.

Les missions des BAC

La brigade anti-criminalité (BAC), créée en 1994, est un service spécialisé de la police nationale. La BAC départementale est répartie par direction départementale de sécurité publique et a pour compétence la totalité du département, à l'exclusion des zones attribuées à la gendarmerie. La BAC locale est répartie par circonscription de sécurité publique et patrouille sur les communes s’y rattachant.
 
La BAC est aujourd'hui spécialisée dans les zones de sécurité prioritaires (ZSP). Elle assure plusieurs types des missions : la recherche du flagrant délit, la lutte contre la délinquance des bandes, contre les violences urbaines, contre le trafic de stupéfiants, la participation aux services d'ordre, l'assistance opérationnelle ponctuelle aux sûretés départementales, aux sûreté urbaines et brigades de sûreté urbaines, la connaissance du milieu délinquant local et la recherche du renseignement opérationnel.

Les missions de la DIPJ

Le ressort de compétence de la DIPJ de Lille s’exerce sur les 5 départements de la région. Elle occupe une position géographique spécifique par son implantation dans le département le plus peuplé de France avec plus de 70 zones urbaines (10 % du total national). La situation frontalière avec la Belgique et la Grande-Bretagne et la proximité immédiate des Pays-Bas, influe de façon sensible sur la criminalité et la délinquance locale et donne à la région une place particulière dans le domaine de la criminalité transnationale.
 
Forte d'un effectif de 280 policiers actifs et administratifs, techniques et scientifiques, la DIPJ exerce des missions de lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et la délinquance financière. Elle a également une mission d’animation de structures interministérielles (le Groupe d’Intervention Régional -GIR- Nord – Pas-de-Calais et l'antenne de l'Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants -OCRTIS-) et une mission transversale de soutien opérationnel (information opérationnelle, documentation criminelle, police technique et scientifique).

Les missions des PSIG

Le groupement de gendarmerie départementale du Nord compte 1 350 gendarmes et 550 réservistes, répartis selon sept compagnies de gendarmerie départementale, un escadron département de sécurité routière (EDSR) et un peloton spécialisé de protection de la centrale nucléaire de Gravelines. Il est doté de huit pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), un par compagnie sauf Douai qui en possède deux, Douai et Baisieux.
 
Les PSIG sont des unités dont la vocation prioritaire est la lutte contre la délinquance de voie publique, menée de manière préventive et dissuasive, dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, notamment nocturnes. Les militaires qui les composent possèdent des aptitudes particulières adaptées à leurs missions et aux cycles spécifiques qui caractérisent leur activité.
 
Les PSIG s'imposent, compte tenu de leur implantation sur le territoire et du niveau de formation de leurs personnels, comme des éléments d'intervention de proximité, capables d'être engagés sur très court préavis.
 
Le PSIG d'Hallennes-lez-Haubourdin est un PSIG « SABRE ». Ce dernier bénéficie d'un encadrement, d'un niveau de formation et d'un équipement spécifiques. Dans le cadre du service courant, il accomplit les mêmes missions que les autres PSIG. En cas de tuerie de masse, il constitue le pivot de la réponse opérationnelle des échelons territoriaux de commandement et agit, comme primo-intervenant, avant l'éventuelle montée en puissance constituée par l'engagement d'une unité spécialisée du schéma national d'intervention dédié (GIGN, RAID et leurs antennes régionales).