Actualités

Prévention et lutte contre la radicalisation - Une journée régionale pour connaitre, comprendre et agir

 
 
Prévention et lutte contre la radicalisation - Une journée pour connaitre, comprendre et agir

Michel Lalande, préfet de la région Hauts-de-France, préfet du Nord et Xavier Bertrand, président du conseil régional, ont ouvert une journée régionale consacrée à la prévention et à la lutte contre la radicalisation, jeudi 21 mars 2019. A Sciences-Po Lille, toute la journée, 270 personnes (acteurs, éducateurs, universitaires, associations, représentants de l'éducation nationale) qui travaillent sur ces thèmes, étaient réunis, pour la première fois au niveau régional. Organisée par le centre de ressources de prévention des radicalités sociales, cette manifestation est le fruit, depuis deux ans, de l’entière mobilisation de l’État et du conseil régional sur ce sujet. Au programme : partage d’expériences et construction de réponses structurées pour contrer ce fléau.

Le préfet a rappelé que "l'implication de tous, que ce soit en tant que citoyen, et plus encore en tant qu’institution, reste essentielle et ne doit pas faiblir tant la menace est persistante", ajoutant que «nous devons plus que jamais avoir une réponse opérationnelle à la fois locale et coordonnée :
    • dans la détection des personnes ;
    • dans le développement de la culture du signalement, dans la coopération, les échanges d’informations et de bonnes pratiques de manière régulière "qui ne doivent plus être un tabou avec les acteurs de terrain".

Le plan « Prévenir pour protéger » , présenté à Lille il y a un an, comporte un axe « compléter le maillage détection-prévention » impliquant les collectivités, avec la désignation d’un référent pour l’échange d’informations avec les préfectures, et un axe de développement d’actions de coopération entre les collectivités territoriales et les services de l’État dans la prise en charge de personnes présentant des signes de radicalisation, ainsi que dans l’accompagnement des familles.

Mais Michel Lalande a rappelé que « l’État ne peut intervenir seul ». En effet, la prévention de la radicalisation appelle à « une large mobilisation des acteurs de proximité et en premier lieu desquels les communes et les intercommunalités ». Afin de qualifier les signalements mais également de partager une culture commune de la prévention de la radicalisation, de nombreuses actions de sensibilisation, en particulier dites « primaires », sont déclinées sur l’ensemble du territoire. Elles visent le grand public et également les professionnels.

Ces actions de sensibilisation ont également pour objectif de développer une culture du signalement. La prévention passe aussi par le signalement précoce via le numéro vert dont les modalités ont été présentées aux acteurs.

En conclusion, Michel Lalande a insisté sur une idée forte : « prévention et lutte contre la radicalisation doivent aller de pair, sur un pied d’égalité. Elles sont indissociables ».

Retrouvez le programme sur le suite de l'IREV .

Consultez le plan départemental 2019 - 2021 de prévention des radicalisations .