Actualités

Mémoire - Commémoration du 71e anniversaire du départ du Train de Loos

 
 
Mémoire - Commémoration du 71e anniversaire du départ du Train de Loos

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais, préfet du Nord, a présidé, le mardi 1er septembre 2015, la cérémonie commémorative du 71e anniversaire du départ du Train de Loos, dernier convoi de déportés en septembre 1944.

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais, préfet du Nord, a présidé, le mardi 1er septembre 2015, la cérémonie commémorative du 71e anniversaire du départ du Train de Loos, dernier convoi de déportés en septembre 1944.

A cette occasion, accompagné notamment d’Ingrid Serrure, conseillère municipale déléguée aux fêtes et cérémonies, représentant le maire de Loos et de Marcel Houdart, déporté, il a dévoilé la stèle commémorative érigée en l’honneur du 70e anniversaire du Train de Loos dans le cimetière paysager de la commune.

La stèle porte l’inscription suivante : « Jamais personne ne pourra croire, ni même imaginer ce que furent nos souffrances, nos supplices. Il n’y a que ceux qui, comme nous ont connu et subi le système concentrationnaire nazi et sa barbarie pour comprendre ce que fut notre calvaire. Partis 871, 275 seulement reviendront ! ».

Jean-François Cordet a rappelé qu’il y a 71 ans la prison de Loos était vidée de ses occupants, en grande partie des résistants, originaires pour la plupart du Nord – Pas-de-Calais. Alors que l’espoir de la libération parcourait le pays depuis juin et que les armées alliées étaient déjà à Douai, l’occupant choisit de privilégier l’organisation d’un dernier convoi pour la déportation en Allemagne au départ de la gare de Tourcoing.

Le préfet a salué les représentants des associations d’anciens combattants et de résistants qui entretiennent la mémoire de cette déportation et le souvenir des victimes. Il a salué, tout particulièrement, la mémoire et l’engagement de James Venture, décédé en avril 2015, déporté alors qu’il avait 23 ans, et qui a présidé l’Amicale des anciens déportés du Train de Loos durant plus de 40 ans.

Appelant à ne pas rester indifférents face au fanatisme, au racisme, à l'antisémitisme, aux injustices, aux catastrophes, le préfet a souligné que chacun « a un devoir de vigilance et la possibilité d’agir, de s’engager. Pour faire ces choix et s’engager, la mémoire est précieuse, et doit servir. Elle doit marquer les comportements personnels et publics. Pour ne pas oublier. »

Il a rappelé que l’Etat entend mener avec force le combat contre l’indifférence. A travers le plan global de lutte contre le racisme et l’antisémitisme présenté par le Premier ministre en avril dernier, le gouvernement veut notamment renforcer la dimension pédagogique des lieux de mémoire, en faire des lieux d'enseignement, de transmission et d’éveil à la citoyenneté. L’Etat se mobilise également en faveur de l’engagement, tout spécialement de la jeunesse de notre pays. A travers l’instauration du service civique universel le gouvernement veut permettre à tous les jeunes qui le souhaitent de s’engager pour la citoyenneté.

> Discours de Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,02 Mb

Retour en images

Dévoilement de la stèle commémorative érigée en l’honneur du 70e anniversaire du Train de Loos

Prise de parole de Michel Loncke, secrétaire de l’Amicale du Train de Loos

Allocution d’Ingrid Serrure, conseillère municipale déléguée aux fêtes et cérémonies, représentant le maire de Loos

Discours de Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais, préfet du Nord

Dépôt de gerbes suivi d’une minute de silence

Au terme de la cérémonie, les autorités saluent les porte-drapeaux et les associations patriotiques