Actualités

Lutte contre la fraude - Bilan 2018 et perspectives 2019 du groupement interministériel de recherches

 
 
Lutte contre la fraude - Bilan 2018 et perspectives 2019 du GIR

Comme chaque année, la Cour d’Appel de Douai a accueilli la séance plénière du comité de pilotage du GIR Groupe d'intervention régional de Lille, ce vendredi 17 mai 2019. Coprésidée par Marie-Suzanne Le Quéau, procureure générale et Jean-Christophe Bouvier, préfet délégué pour la défense et la sécurité, cette réunion a eu pour objet de dresser le bilan de l’activité et de valider les objectifs de cette instance partenariale et pluridisciplinaire, particulièrement engagée dans la lutte contre l‘économie souterraine et les diverses formes de fraudes qui la caractérisent.

Marquée par des changements importants, tels que le renforcement de ses effectifs et le déménagement dans de nouveaux locaux, l’année 2018 a été une année charnière pour le GIR, dont l’acronyme signifie désormais « groupement interministériel de recherches » pour mieux souligner l’implication des différents services qui le composent dans la lutte contre la délinquance organisée.

Pour l’année écoulée, et en cohérence avec les priorités définies par les autorités de tutelle, le GIR Groupe d'intervention régional a maintenu une activité très orientée vers la lutte contre les trafics de stupéfiants et la lutte contre les fraudes. Elle s’est notamment traduite par la participation à 85 opérations, soit 1,6 opérations par semaine, réparties en 30 opérations administratives et 55 opérations judiciaires. Ce dynamisme a permis la confiscation de près de 415 000 euros en numéraire, de 2,2 millions de valeurs bloquées sur comptes, de plus de 550 000 euros de valeurs mobilières, de plus de 7,5 millions d’euros de patrimoine immobilier et de 18 véhicules. Au total, le GIR Groupe d'intervention régional de Lille a capté près de 12 millions d’euros d’avoirs criminels, soit presque deux fois la moyenne nationale des GIR Groupe d'intervention régional en 2018.

Pour renforcer la synergie des services et faciliter l’identification d’infractions de travail dissimulé, le GIR Groupe d'intervention régional intégrera, au 1er juin prochain, un agent de l’URSSAF. Cela doit lui permettre d’augmenter la part de son activité dédiée à la lutte contre les fraudes, facteur d’affaiblissement du potentiel économique (travail dissimulé, fraudes sociales et fraudes fiscales), sujet particulièrement important en termes d’équité et de justice sociale.

Par ailleurs, la présence d’un agent issu de la police aux frontières depuis le 1er septembre 2018 a permis de dynamiser l’activité du GIR Groupe d'intervention régional en matière de lutte contre les réseaux d’immigration clandestine et de trafics d’êtres humains.

Pour 2019, les priorités demeurent la lutte contre les trafics de stupéfiants et les fraudes, avec un effort particulier sur les quartiers les plus sensibles, avec l‘objectif de renforcer l’action inter-services et mieux lutter contre le travail dissimulé.