Actualités

Faire face aux addictions des jeunes : les « Consultations Jeunes Consommateurs », une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes

 
Les « Consultations Jeunes Consommateurs » pour faire face aux addictions des jeunes

Les consommations de substances psychoactives par les adolescents et les jeunes adultes constituent une préoccupation importante des familles et des pouvoirs publics.

Un quart des parents et des adolescents a déjà entendu parler de lieux destinés à accueillir les jeunes ou leur famille pour discuter des conduites addictives (surtout des structures de proximité ou des établissements de soins). En revanche, aucun d’entre eux ne cite spontanément les « Consultations Jeunes Consommateurs » (CJC). Seuls 16% des parents et 23% des adolescents ont déjà entendu parler des CJC, mais peu savent réellement de quoi il s’agit. Pourtant, aussi bien les parents que les adolescents s’accordent à dire que ce type de consultation est utile : 97% des parents et 90% des adolescents interrogés. 

Animées par des professionnels des addictions et de l’adolescence (médecins, psychologues, éducateurs), elles accueillent gratuitement les jeunes de 12 à 25 ans ou leurs parents pour leur permettre de faire le point sur diverses consommations : alcool, cannabis, jeux vidéo, tabac... Ce dispositif de proximité, confidentiel et gratuit, demeure méconnu des familles.

Pour trouver une structure proche de chez vous, cliquez ici

Drogue Info Service : 0 800 23 13 13.

Les CJC, une réponse aux conduites addictives des jeunes

En France, les niveaux de consommation de certaines substances psychoactives (alcool, tabac et cannabis) demeurent élevés chez les adolescents. Selon l’enquête OFDT/Escapad - 2011, les adolescents français de 17 ans sont :

- 42% à avoir expérimenté le cannabis ;

- 42% à avoir consommé du tabac au cours du mois passé ;

- 53% à avoir bu au moins 5 verres en une occasion au cours du mois passé.

Or, la précocité de l’expérimentation et de l’entrée dans la consommation accroît les risques de dépendance ultérieure et de dommages subséquents. Améliorer le repérage des usages à risque et agir avant qu’une addiction ne s’installe constituent donc un enjeu majeur de santé publique.

Les CJC, une réponse aux préoccupations des parents

La consommation de substances psychoactives est un réel sujet de préoccupation des parents, notamment lorsque les enfants entrent dans l’adolescence. Selon une enquête menée fin 2014 pour l’Inpes :

- 94% des parents sont préoccupés par les pratiques potentiellement addictives que pourraient avoir leur adolescent ;

- 40% des parents estiment que leur adolescent a une pratique addictive contre 19% des adolescents eux-mêmes.

Les pratiques addictives sont fréquemment abordées en famille. Lorsque l’adolescent a au moins une consommation problématique, le sujet devient source de conflit selon 25% des parents et 70% des adolescents.

Par contre, dans des situations de polyconsommation, les parents sont aussi nombreux que les jeunes à reconnaître un conflit entre eux : 61% des parents concernés et 68% des adolescents concernés.

Pour en savoir plus, consultez le dossier de presse de la Mildeca, du ministère des Affaires sociales, de la Santé et du Droit des femmes et de l’Inpes.