Actualités

Commémoration du 8 mai 1945 - Le préfet décore de la Légion d’honneur 5 anciens combattants et résistants

 
Commémoration du 8 mai 1945 - Le préfet décore de la Légion d’honneur 5 anciens combattants et résistants

À l’occasion de la célébration du 8 mai 1945, qui commémore la victoire des Alliés et la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Légion d'honneur a été attribuée à plus de mille anciens combattants ou résistants.

La promotion commémorative de la Légion d’honneur publiée au Journal officiel du 27 avril compte 6 personnes domiciliées dans le Nord décorées de la Légion d’honneur en qualité d’anciens combattants et résistants de la Seconde Guerre mondiale.

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais, préfet du Nord, a remis ce vendredi 8 mai 2015, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à 3 anciens résistants afin de leur témoigner la reconnaissance de la Nation pour leur combat pour la liberté :
 
- Eugène Marrécau, chevalier dans l’Ordre national du Mérite, résidant à Dunkerque, retraité de la marine marchande et délégué de la Fondation de la France libre pour Dunkerque et ses environs. Dès ses 14 ans et demi, Eugène Marrécau embarqua pour de nombreuses campagnes au sein de la compagnie des Messageries Maritimes. Il incorpora la marine nationale française au cours du second conflit mondial afin de procéder au remorquage des navires sur le canal de Suez. Rendu à la vie civile en 1945, il travailla jusqu’à sa retraite au sein de la marine marchande dont plus de 5 ans en zones dangereuses lors de ses convoyages en Atlantique Nord.

- Robert Ménard, ancien résistant, demeurant à Saint-Amand-les-Eaux. Lors du second conflit mondial, Robert Ménard participa activement à différentes actions de résistance et s’enrôla au sein des Forces Françaises de l’Intérieur. Réussissant à échapper à la déportation en s’évadant du train le conduisant en Allemagne, Robert Ménard passa le reste de sa vie professionnelle dans des entreprises de ferronnerie et de chaudronnerie. Il fut également professeur au lycée de Fives en 1957. Robert Ménard est retraité depuis 1982.
 
- Emile Delannoy, ancien résistant et adjudant des Forces françaises de l’lntérieur, résidant à Douai. Durant la seconde guerre mondiale, Emile Delannoy fut arrêté par la police pour avoir été membre des Francs-tireurs et partisans, une des composantes des Forces Françaises de l’Intérieur. Il fut déporté résistant en 1943 et décoré de la médaille commémorative de la guerre 39-45 « en reconnaissance de son activité contre l’occupant nazi […] pendant la guerre de Libération Nationale ».
 
Le préfet a également remis le lundi 11 mai, lors d’une cérémonie organisée en préfecture du Nord, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à 2 autres récipiendaires :
 
- Charlotte Bailleul, ancienne résistante, résidant à La Madeleine. En 1944, alors étudiante en Italie, elle entre en résistance à l’age de 19 ans au sein du réseau « Action R6 ». Arrêtée sur dénonciation de Vichy, où elle faisait passer des armes, elle est emprisonnée à Moulins. A Londres, elle rencontra des compagnons de la libération parmi lesquels le colonel Passy, Jacques Chaban-Delmas, Pierre Messmer ou encore le général de Gaulle. Participante à des opérations de parachutage, elle obtint le grade de lieutenant. Elle s’installa ensuite à Lille en tant que commerçante.
 
- Jean Delbassée, né en 1922 et résidant à Bourghelles, fils de résistant mort en déportation fut membre des Forces Françaises de l’Intérieur au cours de l’occupation. Titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre, de la croix du combattant volontaire et d’autres nombreuses distinctions, Jean Delbassée est également militant de l’Association des Anciens Combattants et Victimes des deux guerres de Bachy et compte 36 années de service au sein de la SNCFSociété nationale des chemins de fer français.
 
Par ailleurs, René Benoît, résidant à Wavrin, titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre et de la reconnaissance de la Nation, vice-président d’une section locale de l’Union nationale des combattants, ayant travaillé dans l’industrie textile, s'est vu remettre les insignes de chevalier de la Légion d’honneur par un de ses amis lors d’une cérémonie organisée ce vendredi 8 mai, à Wavrin, à l’occasion de la commémoration du 70e anniversaire de la Victoire.
 
Cette promotion spéciale publiée à l’occasion des commémorations de la Seconde Guerre mondiale s’ajoute aux promotions traditionnelles de la Légion d’honneur qui se répartissent chaque année entre cinq promotions pour les Français (trois civiles, deux militaires) et deux promotions pour les étrangers.

Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, la Légion d’honneur est la plus élevée des distinctions nationales françaises. Elle compte aujourd’hui 92 000 membres, récompensés pour leurs mérites éminents au service de la nation - dans tous les domaines d’activité, selon son principe d’universalité. Chaque année, environ 3 000 français et 400 étrangers sont distingués dans la Légion d’honneur, les promotions spéciales s’ajoutant à ces effectifs.

Retour en images