Actualités

Défense - Le préfet reçoit les officiers de l'école de guerre sur le thème de la sécurité du quotidien

 
 
Le préfet reçoit les officiers de l'école de guerre sur le thème de la sécurité du quotidien

Michel Lalande, préfet de la région Hauts-de-France, préfet de la zone de défense Nord, préfet du Nord, a reçu en préfecture du Nord, vendredi 25 octobre 2019, les officiers de l’école de guerre, en clôture d’une semaine passée dans le Nord pour découvrir l'organisation et le fonctionnement des services en charge de la sécurité quotidienne.

L’École de guerre

Située à Paris, dans l’enceinte de l’École militaire fondée en 1751 par Louis XV « pour entretenir et éduquer dans la guerre cinq cents jeunes gentilshommes », l’École de guerre prépare les meilleurs officiers supérieurs des armées françaises, amies et alliées à devenir les chefs militaires de demain.

150 à 200 officiers supérieurs la rejoignent chaque année au terme d’un processus particulièrement sélectif. Ils ont tous assumé avec succès au cours d’une première partie de carrière des responsabilités opérationnelles et de commandement au sein de leur armée d’appartenance. Issus de l’armée de Terre, de la Marine nationale, de l’armée de l’Air, des différentes directions ou services ou encore de la Gendarmerie nationale, ils sont riches d’une expertise et d’une expérience d’une quinzaine d’années à la tête de leurs unités et sur les théâtres d’opérations (Afghanistan, Libye, Sahel, République Centrafricaine, Proche Orient…) où ils ont été déployés.

L’année de scolarité à l’École de guerre s'appuie sur 4 axes : la conception et la construction des capacités militaires, la planification et la conduite des opérations, la culture générale militaire (stratégie, histoire et géopolitique), et le développement personnel pour apprendre à se connaître, à penser autrement, et à convaincre.

Afin de répondre aux enjeux des crises et conflits d'aujourd'hui et de demain, et tenir compte d'un continuum défense-sécurité, leur enseignement est conduit en permanence dans l'ouverture à l'interministériel, à l'international et à la société civile.

Une semaine de découverte des services en charge de la sécurité du quotidien dans le Nord

C'est dans le cadre de cette ouverture à l'interministériel et à la société civile qu'est organisée cette semaine dans le Nord la rencontre des services en charge de la sécurité du quotidien.

Le lundi 21 octobre, les officiers ont pu découvrir le Tribunal de grande instance de Lille, où ils ont été accueillis par Laurence Le Gall, secrétaire générale du Parquet, et assister à des audiences de comparutions immédiates. Ils ont ensuite pu débriefer avec le procureur de la République, Thierry Pocquet du Haut-Jussé.

Les élèves de l'école de guerre ont, ensuite, pu participer à une opération « vis ma vie » en suivant des patrouilles nocturnes de la gendarmerie, les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) de Lille et Douai. Ces PSIG constituent des unités dont la vocation prioritaire est la lutte contre la délinquance de voie publique, menée de manière préventive et dissuasive, dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, notamment nocturnes.

Le mardi 22 octobre, les élèves ont pu découvrir la caserne de la gendarmerie de Villeneuve d'Ascq, la caserne Sénepart, où leur a été présenté le rôle de la gendarmerie nationale en matière de gestion de crise, et notamment les interactions avec les autorités civiles et militaires.

Des ateliers de démonstration des interventions du PSIG, des équipes cynophiles, de pilotage de drones, d’utilisation du système de Lecture Automatique de plaques d'immatriculation (LAPI) et de l’hélicoptère de la Gendarmerie nationale ont également été organisés. Les élèves ont pu également découvrir la gestion des appels et des interventions, en interaction avec la police nationale et la police aux frontières belge, ainsi que la cellule de crise, et la cellule en charge de la radicalisation.

Enfin, ils se sont rendus à la cellule d'investigation criminelle (CIC), pour découvrir le plateau technique et l’analyse d'une scène de crime.

Le lendemain, mercredi 23 octobre, ils ont été accueillis à la sous-préfecture de Dunkerque par le sous-préfet, qui leur a présenté les enjeux relatifs à la situation migratoire.

Ils se sont ensuite rendus à la direction départementale de la sécurité publique du Nord (DDSP59). Daniel Lejeune, le directeur adjoint, leur a présenté les missions et l'organisation de la DDSP, ainsi que les interactions police/gendarmerie, avant de leur faire visiter le centre d’information et de commandement (CIC).

Le jeudi 24 octobre, ils ont été reçus en préfecture du Nord, préfecture de zone de défense Nord, pour une présentation des missions du préfet délégué à la sécurité et à la défense (PDDS) par Maryse De Moor, directrice de cabinet du PDDS. Après une visite du centre opérationnel de zone, les officiers ont découvert le centre interarmées de zone de défense et de sécurité au Quartier Kléber à Lille,où le chef d'état-major, le colonel Baleston les a reçus.

Puis, ils sont allés découvrir le centre de traitement des appels (CTA) au sein du centre opérationnel d'incendie et de secours (CODIS) du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) à Villeneuve d'Ascq, avant de visiter la maison d’arrêt d’Annoeullin.

Leur accueil en préfecture de région, le vendredi 25 octobre, par le préfet Michel Lalande a clôturé cette semaine. Le préfet leur a présenté ses missions en matière de police de sécurité du quotidien.