Actualités

Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc

 
 
Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires

Jean-Christophe Bouvier, préfet délégué pour la défense et à la sécurité, a rendu hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ce 19 mars à Lille à l'occasion de la journée nationale du souvenir et de recueillement.

Les autorités civiles et militaires du département et les représentants des associations d’anciens combattants et patriotiques ont participé à cette journée d’hommage national, fixée au 19 mars, jour anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, instituée par la loi du 6 décembre 2012, mettant fin à huit ans de guerre en Algérie.

Devant le monument aux Morts, place Rihour à Lille, Jean-Christophe Bouvier a alors prononcé le discours d’hommage de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

> Message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

Près de deux millions d’appelés et de rappelés ont servi en Afrique du Nord.

Cette cérémonie rend hommage aux victimes militaires, appelés du contingent, militaires de carrière, forces de l’ordre et de métropole ou d’Afrique du Nord : 25 000 sont morts pour la France et 70 000 ont été blessés. « Tous ont fait leur devoir avec courage et dévouement ».

Elle est aussi un instant de recueillement en mémoire des victimes civiles : « hommes, femmes et familles, de toutes origines et de toutes confessions ». « Nous nous souvenons de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, de la souffrance, des drames qui ont endeuillé de part et d’autre de la Méditerranée. »

« Ces événements ont profondément bouleversé notre pays et notre société. Nous en sommes les héritiers aujourd’hui ». Ce devoir de mémoire est essentiel pour tous ceux qui ont été touchés par ce douloureux souvenir et doit être une leçon d’espérance pour nos jeunes générations, « ainsi que des appels à la paix et à la tolérance ».