Actualités

Hébergement d’urgence - Mise en oeuvre du dispositif hivernal dans la métropole lilloise

 
Hébergement d’urgence - Mise en oeuvre du dispositif hivernal dans la métropole lilloise

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais Picardie, préfet du Nord, accompagné par Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l’égalité des chances et Annick Portes, directrice départementale de la cohésion sociale, s'est rendu, le jeudi 18 février 2016, à la rencontre des acteurs impliqués au quotidien dans la mise en œuvre du dispositif hivernal d’hébergement d’urgence et de ses bénéficiaires.

Le préfet a ainsi échangé avec l'équipe de direction et les écoutants du 115 au siège de la coordination mobile d'accueil et d'orientation (CMAO) à Lambersart. Il s’est ensuite rendu dans un centre d’accueil lillois pour rencontrer les familles hébergées pendant la période hivernale.
 
Depuis le 23 novembre 2015, près de 500 places d’hébergement sont en effet mobilisées sur l’ensemble du département pour permettre aux familles privées de logement de se mettre à l’abri dans la cadre de la campagne de veille hivernale. Ces places, dont l’ouverture tient compte des conditions météorologiques (température constatée, force du vent et température ressentie) ainsi que du nombre de demandes adressées au 115, sont réparties sur les 6 arrondissements du Nord, d’Avesnes-sur-Helpe à Dunkerque. Ainsi, en dépit de la très faible variation des températures constatées, 20 places supplémentaires ont été ouvertes récemment sur Lille, pour permettre à des familles avec des enfants en bas âge (8 jours pour le plus jeune) de rester à l’abri.
 
Ces places viennent compléter les 11.600 places offertes dans les dispositifs d’hébergement et de logement adapté, toute au long de l’année dans le département du Nord.

La veille hivernale

La période dite de veille hivernale s’étale réglementairement du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante.
L’ouverture des places repose sur un mécanisme de vigilance météorologique, classant la vigilance en quatre niveaux d’intervention.
Le 1er niveau de vigilance « vert » n’appelle pas de mesure particulière.
Le deuxième niveau « jaune » implique l’activation du dispositif de veille sociale (115 et maraudes) et l’ouverture des premières places d’hébergement.
Le niveau « orange » se caractérise par l’ouverture de places supplémentaires et l’intensification des maraudes.
Le niveau rouge dit « grand froid » correspond à la survenance de températures particulièrement basses et nécessite, notamment, la mobilisation de places d’hébergement supplémentaires, y compris dans les gymnases et autres équipements publics, le cas échéant.
Les services de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCSdirection départementale de la cohésion sociale) sont chargés d’organiser et de suivre, en concertation avec les trois services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation), la mise en œuvre du dispositif de veille hivernale.
L’hiver dernier, l’Etat a investi 3,75 millions d’euros dans le dispositif de mise à l’abri pour la seule période de veille hivernale.