Actualités

Etat d'urgence - Rétablissement des contrôles aux frontières

 
Etat d'urgence - Rétablissement des contrôles aux frontières

Jean-François Cordet, préfet de la zone de défense et sécurité Nord, préfet du Nord, s’est rendu, le dimanche 15 novembre 2015, sur un des points de contrôles aux frontières, à Rekkem. Il est allé à la rencontre des forces de l’ordre mobilisées dans le cadre du renforcement des mesures de sécurité mises en œuvre après les attentats perpétrés à Paris durant la soirée du 13 novembre.

L’état d’urgence décrété par le président de la République est en vigueur sur l’ensemble du territoire métropolitain. Cette disposition exceptionnelle est prévue par la loi du 3 avril 1955 et permet dans un contexte de trouble grave à l’ordre public, au préfet de prendre des mesures renforcées pour préserver l’ordre public et prévenir de nouveaux attentats terroristes. Dans ce cadre, des contrôles autoroutiers aux péages et sur les points de passage autorisés frontaliers (PPA) ont été rétablis. Ces contrôles permanents seront maintenus en particulier dans la perspective de la COP21. Des contrôles fixes et aléatoires renforcés sont également organisés sur l’ensemble du réseau des 330 km de frontières du département du Nord par la sécurité publique, les unités autoroutières CRS, la gendarmerie nationale et la douane.

L’entrée en France métropolitaine par tout moyen de transport est subordonnée à la présentation de pièces justificatives.

Pour les ressortissants d’un Etat membre de l’espace « Schengen » (France, Espagne, Italie, Portugal, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne, République Tchèque, Suisse, Islande, Norvège, Suède, Finlande, Liechtenstein ; Malte ; Estonie, Lituanie, Lettonie, Danemark, Grèce, Slovénie, Slovaquie) : un passeport ou une carte d’identité en cours de validité, y compris pour les ressortissants français, qui sont invités à pouvoir présenter ce document à chaque passage de frontière.

Pour les ressortissants d’un pays n’appartenant pas à l’espace « Schengen » : un passeport, un visa pour les nationalités concernées, un justificatif d’hébergement, la preuve de ressources financières suffisantes, le billet retour, une attestation d’assurance maladie. 

A l’occasion de ce déplacement, le préfet a salué la pleine mobilisation des services de police, de la gendarmerie, de la douane appuyés par des militaires, dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de sécurisation renforcée dans le département. Il remercie l’ensemble des agents de l’Etat de leur engagement au service de la protection des populations.

Le préfet remercie l’ensemble des maires des mesures qu’ils peuvent prendre pour participer, aux côtés des forces de l’ordre, au renforcement de la sécurité.