Actualités

Crise agricole : table ronde entre grande distribution, organisations agricoles et transformateurs

 
Crise agricole : table ronde entre grande distribution, organisations agricoles et transformateurs

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais Picardie, préfet du Nord, a réuni les représentants de la grande distribution, de la profession agricole du Nord et les transformateurs, ce mercredi 9 mars 2016, en préfecture.

Pour la première fois, les différentes familles professionnelles étaient rassemblées. Pour la distribution, de nombreuses enseignes étaient représentées : Carrefour, Cora, Match, Leclerc, Lidl et Auchan. Pour les transformateurs : Cevinor-Agriviande, la Douaisienne d’abattage, Bigard, Jean Caby, Danone et la Charcuterie des Flandres.

Cette démarche s’inscrit dans la continuité des propositions de la cellule de crise interdépartementale.

L’objectif était de mettre en relation les différents acteurs des filières d’élevage et de promouvoir les bonnes pratiques commerciales et les relations responsables entre fournisseurs et acheteurs, afin de les étendre et de les amplifier.

L'accent a particulièrement été mis sur le développement de la contractualisation afin de donner de la visibilité à l'ensemble des acteurs des différentes filières.

En aval, les acheteurs ont montré leur volonté de proposer aux consommateurs des produits de qualité, d’origine « France » et régionale dans le respect des coûts de production des producteurs.

Des initiatives très diverses, généralement formalisées par des contractualisations bilatérales, organisations de producteurs et enseignes, voire tripartites qui intègrent les transformateurs ont été présentées. Par exemple, une enseigne a contractualisé avec un abattoir et organise régulièrement des visites de fermes d’éleveurs. Cette démarche a été qualifiée d’exemplaire par la profession agricole.

Cette table ronde a montré qu’il existait de nombreuses initiatives positives et une réelle volonté des divers acteurs des filières d’aboutir à un accord gagnant-gagnant.
La nécessité de maintenir ce dialogue permanent, et pas seulement en temps de crise, dans l’intérêt collectif, a été souligné par l'ensemble des participants.

Ce type de rencontre sera régulièrement organisé pour permettre, à la fois, de faire le point sur la progression des accords dans la région, et pour approfondir et amplifier des relations que chacun souhaite apaisées.