Actualités

Santé mentale - Agnès Buzyn aux côtés du nouveau délégué ministériel à la santé mentale à l’EPSM de Saint-André-lez-Lille

 
 
Agnès Buzyn et le nouveau délégué ministériel à la santé mentale à l’EPSM de Saint-André-lez-Lille

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, s'est rendue à Lille, le vendredi 12 avril aux côtés du professeur Frank Bellivier, spécialiste des troubles mentaux, qui vient d’être nommé délégué ministériel à la santé mentale. Ils sont allés à la rencontre des patients et des professionnels de l'établissement public de santé mental (EPSM) de Saint-André-lez-Lille.

La ministre et son délégué ont d’abord visité l’hôpital de jour Le Regain, spécialisé en pédopsychiatrie, où l’accent est mis sur le parcours de l’enfant dans le temps et dans l’espace : lieux d’accueil, espaces éducatifs, salle de classe, salle à manger, salle d’activités. Ils ont salué le travail des équipes et la prise en charge pluridisciplinaire des enfants.

Ils se sont ensuite rendus au sein d’une unité d’hospitalisation pour adulte où ils se sont entretenus avec le personnel infirmier qui ont témoigné de « leur engagement pour une psychiatrie humaine et innovante ».

La visite s’est terminée par une table ronde avec différents professionnels de l’établissement :

- une infirmière du centre médico-psychologique (CMP) à Roubaix
- un cadre de santé du centre psychiatrique d’accueil et d’admission à Lille
- une psychiatre de l’unité de réécoute des suicidants à Roubaix
- une pédopsychiatre de l’ équipe de diagnostic autisme précoce à Villeneuve d’Ascq
- une secrétaire médicale en CMP à La Madeleine
- une psychologue de l’équipe mobile psychiatrie-précarité à Roubaix
- un adhérent et une animatrice du groupe d’entraide mutuelle La Pause (Roubaix)

 Un délégué ministériel à la santé mentale...

Le professeur Frank Bellivier, chef du département de psychiatrie et de médecine addictologique du groupe hospitalier Saint-Louis, Lariboisière et Fernand Widal à Paris et chercheur reconnu dans le domaine des troubles mentaux, sera en charge du déploiement de la feuille de route santé mentale et psychiatrie, annoncée en juin 2018. Il est également connu pour sa vision globale, multidisciplinaire et intégrative de la discipline ainsi que pour son expérience auprès des patients. Il devra impulser la dynamique de transformation et d’ouverture de la psychiatrie, coordonner le pilotage national de la stratégie « santé mentale et psychiatrie », et ainsi participer au développement de la stratégie dans les régions et les territoires.

pour déployer la feuille de route de la santé mentale et de la psychiatrie

La stratégie nationale de santé constitue le cadre de la politique de santé en France. Elle est définie par le Gouvernement et se fonde sur l’analyse dressée par le Haut Conseil de la santé publique sur l’état de santé de la population, ses principaux déterminants, ainsi que sur les stratégies d’action envisageables.

La feuille de route de la santé mentale et de la psychiatrie s’inscrit en cohérence avec les objectifs de la stratégie nationale de santé, en particulier avec ses axes majeurs d’action que sont le repérage et la prise en charge précoces des troubles psychiques et la prévention du suicide.

Elle a comme objectifs l’amélioration des conditions de vie, de l’inclusion sociale et de la citoyenneté des personnes vivant avec un trouble psychique, l’amélioration de l’accès aux soins et aux accompagnements.

Cela ne sera possible que dans une approche transversale de la politique de santé mentale, territorialisée dans le cadre des projets territoriaux de santé mentale, dans une dynamique d’ « aller-vers » et d’empowerment.

Cette feuille de route répond à ces enjeux par la présentation d’un plan global déclinant 37 actions selon trois axes :

  • Promouvoir le bien être mental, prévenir et repérer précocement la souffrance psychique, et prévenir le suicide ;
  • Garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre en psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité ;
  • Améliorer les conditions de vie et d’inclusion sociale et la citoyenneté des personnes en situation de handicap psychique.