Actualités

A25 - Chapelle d'Armentières : l'Etat lance une expérimentation de modulation dynamique des accès

 
A25 - Chapelle d'Armentières : la DIR Nord lance une expérimentation de modulation dynamique des accès

A la demande du préfet, la direction interdépartementale des routes Nord (DIR Norddirection interdépartementale des routes Nord) travaille actuellement sur plusieurs dispositifs destinés à rendre les temps de parcours plus réguliers et plus fiables sur l'A25 aux heures de pointe du matin.

Elle réalise des travaux sur l'échangeur de la Chapelle d'Armentières (n°8) pour mettre en place un premier dispositif, sens Dunkerque-Lille. Il s'appelle : modulation dynamique des accès. Il consiste à implanter des feux bicolores (rouge et orange clignotants) pour régulariser l'accès à l'autoroute. La durée des feux sera inférieure à 45 secondes. C'est un système dynamique, donc non permanent. Il ne sera activé qu'aux heures de congestion et lorsque celles-ci atteignent un niveau élevé de circulation (contrôlé par comptage et par caméras). En dehors des heures de congestion, les feux seront donc éteints ou orange clignotant. L'échangeur de la Chapelle d'Armentières a été choisi car c'est l'accès qui contribue le plus à la congestion sur l'A25. Ce dispositif nouveau sera expérimenté à partir du mois de juillet 2015.
 
Les évaluations déjà réalisées par les services techniques du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie - mais aussi dans d'autres pays d'Europe - sur des dispositifs de ce type montrent que :
- l'heure d'apparition des congestions est retardée
- la capacité des voies est améliorée, par une augmentation de nombre maximum de véhicules écoulés par la voirie.
 
A partir de la mise en service en juillet prochain, la DIR Norddirection interdépartementale des routes Nord mettra en place des indicateurs pour évaluer les effets du dispositif.
 
Ce dispositif aura un impact positif sur la fluidité globale et contribuera à une meilleure sécurité en association avec d'autres dispositifs. Cette question de la sécurité est importante car les accrochages et les accidents contribuent à aggraver les congestions. Il a fait l'objet d'une concertation avec les collectivités et les gestionnaires des voies départementales et communales. Il est conçu pour ne pas reporter les congestions sur le réseau secondaire. Si les usagers peuvent avoir le sentiment que ce feu va leur faire perdre du temps en étant arrêtés avant d'accéder à l'autoroute, le dispositif leur en fera gagner sur la totalité de leur parcours.
 
Ces travaux sont financés à 100 % par l’État.