Covid-19 : les services organisent la prise en charge des personnes démunies ou sans domicile

 
 
Covid-19 : les services organisent la prise en charge des personnes démunies ou sans domicile

Lors de son allocution du jeudi 12 mars dernier, le Président de la République a annoncé des mesures très fortes limitant les déplacements de tous les citoyens. Ce contexte inédit touche bien évidemment les personnes les plus démunies ou sans domicile qui doivent donc faire l’objet d’une attention accrue.

Si les activités des opérateurs sociaux se poursuivent, leur organisation peut être fragilisée par le retrait de bénévoles vulnérables, tels que les personnes âgées, et par les inquiétudes liées aux risques sanitaires.

C’est pourquoi, dans la continuité du report de deux mois de la fin de la trêve hivernale décidée par le Gouvernement, le préfet du Nord renforce la prise en charge des personnes les plus fragiles en mobilisant des solutions de mise à l’abri et en venant en soutien aux opérateurs sociaux.

Dès ce week-end, l’État aura mis à disposition 153 places d’hébergement supplémentaires sur la Métropole européenne de Lille en mobilisant deux hôtels et une auberge de jeunesse. Ce jour, à Denain, un centre d’une dizaine de places a été ouvert pour des personnes sans abri. Un opérateur social sera présent en permanence sur chaque site pour accompagner les personnes et les orienter vers une prise en charge sanitaire adaptée en cas de symptômes apparentés au Covid-19. Ces places s’ajoutent au 599 déjà ouvertes sur le département pendant la veille hivernale.

Ces places s’ajoutent aux places pérennes ouvertes sur le département, ce qui porte le total à plus de 6000 places d’hébergement. Les services de la Région Hauts-de-France et du conseil départemental du Nord sont également mobilisés aux côtés de l’État en mettant à disposition des locaux afin de contribuer à la mise à l’abri des publics les plus vulnérables. Ces places supplémentaires pourront également être utilisées pour d’autres publics fragiles en cas de besoin.

Un mécanisme de confinement pour les personnes qui présentent des symptômes

Depuis plusieurs semaines, l’ensemble des centres d’hébergement du département a été invité à s’organiser pour créer en interne une zone d’isolement pour les cas réels ou suspectés de COVID-19, qui ne relèvent pas d’une hospitalisation.

Afin de prendre en charge les personnes à la rue ou vivant en campement qui présentent des symptômes apparentés au COVID-19, un dispositif d’orientation et de transfert vers des centres d’hébergement spécialisés a été mis en place. Un confinement en chambre individuelle et un suivi sanitaire sont alors proposés aux personnes dont l’état de santé ne nécessite pas d’hospitalisation. Les premières chambres sont d’ores et déjà disponibles.

Un soutien aux opérateurs de terrain pour assurer une continuité

Concernant l’aide alimentaire, aucune pénurie de produits de première nécessité n’est constatée, ni même à craindre, chez les opérateurs comme la Banque alimentaire ou les Restos du cœur. Aux côtés de l'État, les centres communaux d’action sociale (CCAS) du Nord sont eux aussi pleinement engagés afin de relayer l’action de distribution de nourriture auprès des plus démunis.

Si les risques sanitaires peuvent réduire le nombre de bénévoles présents pour les distributions, notamment en raison de leur âge ou de leur état de santé, celles-ci sont tout de même assurées de façon globalement satisfaisante sur l’ensemble du département du Nord, sous réserve de certaines situations particulières bien identifiées et qui font l’objet d’une forte mobilisation. A la demande de la ville de Lille, deux points de distribution de repas ont été organisés avec les associations.

L’État participe également à l’appel aux forces vives du territoire afin de venir en soutien aux actions de solidarité. Un appel à volontaires a été lancé auprès du personnel de la préfecture du Nord afin de renforcer les équipes des associations mobilisées dans l’aide aux plus démunis.

Afin de pouvoir être davantage présents auprès des personnes à la rue, les maraudes du SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation et de la Sauvegarde du Nord ont renforcé leur action dans les rues et les campements. Elles distribuent des paniers repas tout en diffusant les messages de prévention et de sensibilisation aux gestes barrière. Des structures d’hébergement complémentaires pourront être ouvertes le cas échéant. Depuis début 2020, ce sont 570 personnes qui ont bénéficié de mise à l’abri.

Le préfet du Nord et ses partenaires s’engagent pleinement dans cet effort de solidarité, amené à s’intensifier, pour apporter à chacun la réponse adaptée afin que personne, même les plus démunis, ne se sentent abandonné face à cette crise sans précédent. C’est une priorité dans ces temps difficiles.